(3C) écritures collectives d’un "Je me souviens" à la manière de Pérec et d’un "Je sais" à la manière d’Ito Naga.

par JB.MARGANTIN

Je me souviens (3C)
2016-2017

1. Je me souviens être tombé dans la Seine.
2. Je me souviens que cette année je suis parti au Maroc chez la tante de mon père. Nous sommes partis déplacer des vaches. J’étais sur un âne et un taureau s’est mis à foncer sur mon âne.
3. Je me souviens avoir gagné mon premier match de tennis 3 sets à 0.
4. Je me souviens être resté 3 heures devant chez moi car j’avais oublié mes clés.
5. Je me souviens quand j’ai gagné mon premier tournoi avec mon équipe de basketball.
6. Je me souviens quand je suis allé au palais des congrès : j’ai rencontré des basketteurs dont Tony Parker.
7. Je me souviens du jour où j’ai rencontré Karim Benzema à Evreux.
8. Je me souviens qu’un jour, je suis allée au cinéma avec Kaïna et Camila : Camila s’était perdue dans Mantes.
9. Je me souviens lors de mon année de 4ème qu’Aymen, un vrai champion d’échecs, m’avait battu trois fois de suite jusqu’à ce que je comprenne son mode de jeu et que ...je perde encore une fois !
10. Je me souviens de ma première rentrée scolaire en France : c’était en classe de 4e.
11. Je me souviens de ma première punition en CP.
12. Je me souviens qu’en première section de maternelle j’ai donné une claque à ma prof et l’ai mordue car je n’aimais pas l’école.
13. Je me souviens de mes vacances en Algérie.

Ecriture d’un "Je sais" collectif à la manière d’Ito Naga.
3ème C 2016-2017

1. Je sais que je ne sais pas.
2. Je sais que les lunettes ne rendent pas intelligent.
3. Je sais que voler un voleur n’est pas récompensé.
4. Je sais que pour être un voleur il faut savoir voler.
5. Je sais que j’ai comp(l)ètement l’esprit de compét’.
6. Je sais qu’on enseigne la flûte à de futurs médecins.
7. Je sais que l’argent ne tombe pas du ciel. La preuve : on travaille toujours.
8. Je sais que l’on écrit de ne pas couper les arbres sur des feuilles de papier.
9. Je sais que si je fais tomber quelque chose, il ne tombera pas plus bas.
10. Je sais que l’argent ne fait pas le bonheur.

Je sais, Ito Naga, 2006.

Astrophysicien et écrivain, Ito Naga a épousé une Japonaise dont il a pris le nom. Il écrit un recueil de petits savoirs (près de 500). En voici quelques-uns :

• "Je sais qu’on est tenté de voir des signes dans une coïncidence."
• "Je sais qu’il m’arrive de passer sous une échelle. Juste pour voir."
• Je sais que Tanizaki aimait que les chats remuent la queue sans bouger, l’air de dire :"Ce que tu fais m’intéresse, mais pas assez pour que je me déplace."
• "Je sais qu’en hibernant, les animaux échappent au ciel gris et aux idées qui vont avec."
• "Je sais que tu sais qu’il sait que nous savons que vous savez qu’ils savent."
• "Je sais qu’on ne peut pas ordonner à quelqu’un de se souvenir de quel-que chose."
• "Je sais qu’on peut avoir tout faux dans sa perception d’une personne : penser par exemple qu’elle est distante alors qu’elle est distraite, qu’elle est méfiante alors qu’elle est gênée."
• "Je sais qu’avec les gens qui ne vous aiment pas, c’est finalement assez simple."
• "Je sais que j’ai engendré un être mortel" dit simplement Anaxagore en apprenant la mort de son fils.
• "Je sais qu’à l’entrée d’un cimetière en Italie, il est écrit : "Nous étions comme vous. Vous serez comme nous.""
• "Je sais que soutenir son regard est comme un bras de fer."
• "Je sais qu’on ne peut malheureusement pas expulser les idées noires comme un mauvais repas."
• "Je sais qu’être décalé est une force."
• "Je sais qu’on se réjouit secrètement que certaines choses résistent à la science, qu’une part de mystère persiste."
• "Je sais qu’un embouteillage sur l’autoroute, ce sont les immeubles des villes projetés à l’horizontale."
• "Je sais que si j’étais facteur, je ne pourrais m’empêcher de lire les cartes postales."
• "Je sais que la voisine parle toujours comme si elle aboyait."
• "Je sais qu’on sent quand on est regardé."
• "Je sais qu’il arrive qu’on ne regarde pas l’autre, simplement pour éviter de le voir détourner les yeux."
• "Je sais qu’il m’arrive de me dépêcher vers une boîte aux lettres pour y glisser un courrier et rendre ainsi une chose irréversible."
• "Je sais que, comme pour le corps, il faudrait constamment se soucier de ce que l’esprit consomme."
• "Je sais que, charmé par les mots, on confond éloquence et intelligence."
• "Je sais que si l’on pouvait remonter dans le temps, la naissance serait aussi terrifiante que la mort."
• "Je sais que pour bien mentir, il faut une mémoire d’éléphant."
• "Je sais que, quelles que soient les apparences, il y a une cohérence dans nos actions."
• "Je sais qu’il y a le pays d’origine et tous les autres."
• "Je sais qu’on ne se satisfait pas de seulement contempler la beauté, qu’on éprouve une irrésistible envie d’agir."
• "Je sais que ce Chinois voit cet oiseau qui s’est posé chez moi par hasard comme le symbole du bonheur. Il lui a coupé à moitié les ailes pour qu’il ne s’enfuie pas."
• "Je sais qu’on s’émerveille de comprendre un Chinois ou un Indien quand on se met à parler anglais."
• "Je sais qu’il ne faut pas penser comme ça, mais c’est plus fort que moi !"
• "Je sais qu’on dit "Au revoir", mais jamais "Au réécouter"."
• "Je sais qu’il est difficile de répondre exactement aux besoins de quel-qu’un, témoin ce chat qui apportait des souris à son maître malade."
• "Je sais que les enfants croient que les autobus et les métros s’arrêtent juste pour eux."